Où Princesse rebelle escalade le Mont Adrénaline.

Le lundi 29 janvier, Princesse rebelle subit sa première mammographie à la Clinique du sein. L’esprit ailleurs, scotché au travail: un nouveau groupe à former, des détails de dernière minute à résoudre, le matériel, le plan de formation…

Sur la mammo, rien à dire. Pas le moindre soubresaut d’inquiétude. Routine destinée à rassurer la docteure W, cette grande inquiète, relativement à un tout petit nodule de rien du tout au sein gauche, à peine de la taille d’un Smarties.

Image: Chantal Bourgeois, Éclat 2. Exposition Carnet Urbain, 2006  http://www.bourgeois.tv/

Chantal Bourgeois, Éclat 2, Carnet urbain, 2006,

Princesse rebelle répond distraitement aux questions de la technicienne en radiologie; non ça ne fait pas mal, oui l’hiver est long.

Le 19 février, Princesse rebelle rencontre la docteure W à la demande de cette dernière. Voilà qui est contrariant. Depuis quand les médecins initient-ils les rendez-vous?

La docteure W lit le rapport à haute voix. Le nodule au sein gauche paraît être un simple fibroadénome, rien d’affolant: une échographie permettra de distinguer sa nature solide (inquiétante) ou liquide (bénigne).

Par contre, le radiologue a détecté des microcalcifications suspectes au sein droit: il recommande un cliché agrandi. Princesse rebelle hausse le sourcil droit. Des microquoi? Jamais entendu parler. Explications divulguées: dépôts de calcium dans le sein, parfois signe précoce de «quelque chose à surveiller». Entre 10% et 15% des femmes doivent subir des examens additionnels après une mammographie. Bon, j’ai des ptit’zamies! Toujours eu un penchant pour minorités et marginaux.

«La Clinique du sein vous contactera pour vous convoquer aux nouveaux examens Rehaussement du sourcil droit: même les rendez-vous hospitaliers se précipitent à ma rencontre? «La chirurgienne vous verra après les tests.» Chirurgienne? Alors là, froncement de sourcils, carrément.

Le 28 mars, Princesse rebelle subit une seconde mammo au cliché agrandi et une échographie en matinée. Elle rencontre le radiologiste, lequel se fait rassurant: le fibroadénome à gauche s’avère bénin.

Quant au côté droit… 80% des microcalcifications suspectes s’avèrent bénignes. Cependant, on ne peut faire l’économie d’investiguer davantage: «si jamais, au bout de six mois, une tumeur maligne était finalement diagnostiquée, vous nous reprocheriez, avec raison, … etc.» Il recommande une biopsie. «Un prélèvement de tissu du sein pour en faire l’analyse pathologique et permettre un diagnostic précis.»

Lire la suite