Pourquoi la création artistique?

Il y a déjà 12 ans je créais un blogue afin d’y consigner le récit épique et burlesque de ma traversée du cancer. Parmi les citations que j’ai alors choisies en préambule, celle-ci tirée de Un merveilleux malheurde Boris Cyrulnic:

《Il ne s’agit pas du tout de ce que vous croyez. Aucun malheur n’est merveilleux. Mais quand l’épreuve arrive, faut-il nous y soumettre? Et si nous combattons, quelles armes sont les nôtres?

… il s’agit de proposer que la parole est au corps ce que le papillon est à la chenille.》

Boris Cyrulnik, Un merveilleux malheur, Odile Jacob, Paris

À présent que la création littéraire m’est devenue difficile, en raison d’une basse vision qui m’éloigne des écrans, voici que je retrouve le bonheur de créer sur une toile, un joli papier d’Arche, un cahier de croquis.

Mais je rechoisis Boris Cyrulnic à titre d’auteur fétiche et le cite à nouveau. Heureux hasard, Il vient de publier un ouvrage sur le besoin de créer des peintres et des écrivains (La nuit j’écrirai des soleils) afin de surmonter les épreuves qui les ont marqués.

Ainsi, je vous présente mes papillons, mes toiles, cette 《parole》 qui soigne ou qui guerit, évoquée par Boris Cyrulnic. Qui apaise non seulement les souffrances du corps, mais également les tourments de l’âme.

Et puis la joie, le renouveau, le bleu spatial des iris de votre petite-fille, et puis la fulgurante intelligence de ce que vient de vous raconter votre petit-fils. L’art irradie cette chenille et le papillon vous éclabousse de sa lumière. Bleue, rouge, jaune, tel le plafond de l’opéra de Paris illuminé par Chagall.