Les petites lunettes noires

Photo 062-1La docteure B, chirurgienne en oncologie, arbore les plus mignonnes petites lunettes noires qui soient. La presbytie a frappé ma Belle d’Ivory depuis ma dernière mammographie, il y a un an. Fidèle à elle-même elle fonce droit au but:

«Comment allez-vous? Vous n’avez pas passé la scintigraphie osseuse finalement?»

C’est moi qui avais insisté pour cet examen la dernière fois. Sur la base d’une vague douleur passagère à la hanche droite, je m’étais auto-diagnostiquée une métastase osseuse à la faveur d’une nuit d’insomnie. La docteure B avait répondu par une moue et un hochement de tête:

«Ce ne sera que pour vous rassurer… la douleur ne serait pas disparue après quelques jours.»

Quelques semaines plus tard, la docteure W entérinait:

«Des douleurs sporadiques? Non.»

J’avais renoncé à cet excès de zèle. Au diable les auto-diagnostics nocturnes!

«Non, mon omni pense comme vous. Le tableau ne correspond pas.»

Les petites lunettes noires se penchent pour écrire. Interminablement.

Pourquoi n’a-t-elle pas déjà lâché le morceau? Depuis plus d’une gigantesque demie-minute, me voilà assise devant elle, la main serrée dans celle de mon homme. Depuis 2 ans que nous partageons tout, il me réitère la même promesse: cancer ou pas, rechute ou pas, mastectomie ou pas, on y fera face ensemble et on passera au travers pour au moins 25 ans. Après tout, sa propre maman combat vaillamment le même mal depuis 2 décennies, tout en savourant la vie, en s’achetant des balançoires et des poissons de toutes les couleurs pour son étang. Elle fait même de la tarte tatin! Malgré les chimios et autres friandises du même acabit. Il en a vu d’autres, Amour-de-ma-vie.

Les 2 dernières fois, Belle d’Ivory n’avait-elle pas lancé, à la seconde même où j’ouvrais la porte de son bureau:

«Tout est beau à la mammographie!»

Mais non, elle s’acharne à étirer le temps:

«Et l’ostéodensitométrie non-plus?»

L’ostéoporose maintenant! J’ai d’autres loisirs que les salles d’attente vous savez…

«Ben… j’irai bientôt. Manqué de temps…» marmonnai-je à voix basse.

Ici, une oreille attentive saurait déceler une petite touche d’impatience. Mes doigts se mettent à pianoter sur le bras de la chaise.

Avez-vous déjà hurlé intérieurement? ET ALORS LA MAMMOOOOOOO ?????!!!!

Mini-pause de consignation au dossier. Les petites lunettes noires se relèvent, comme si elles venaient de se rappeler quelque chose:

«Tout est beau à la mammo!» (sur le ton de Ah oui pendant que j’y pense, je vous fais part d’un détail insignifiant mais à tout le moins connexe).

Bouche bée. QUOIIIIII? RIEN????  PAS MÊME UN PETIT NODULE À VÉRIFIER À L’ÉCHO? NIET? NADA? AAAAAAAAAAAAH! HA! HA! HA! HA! HA!

Amour-de-ma-vie chuchote en pressant ma main:

«J’te l’avais dit.»

Ajoute, encore plus bas :

«Et s’il y avait eu quelque chose, on aurait dealé avec, c’est tout.»

Le plafond du bureau de la docteure B s’ouvre subitement, tel la décapotable de James Bond, sur un grand pan de ciel bleu où nous prenons notre envol. Dans notre félicité, nous oublions de saluer la docteure.

Nous voici, anges de Chagall, traversant le plafond de l’Opéra de Paris et virevoltant parmi les pigeons ahuris.

Dans notre danse folle, ma robe rouge s’enflamme et se pare de mille crinolines légères et ondulantes. De grandes oies blanches aux ailes parsemées de perles nous encerclent. Mon amoureux chorégraphe me fait tournoyer, ballerine en apesanteur, otage libérée, poupée d’inquiétude si tendrement bercée qu’elle s’endort en murmurant  tout va bien, tout va bien, tout va bien…

Telle est l’image cristallisée de l’instant précis où la docteure B m’annonça que je pouvais célébrer les 3 années de rémission du cancer du sein de la princesse rebelle.

Chagall – Le plafond de l’Opéra de Paris

5 réflexions au sujet de « Les petites lunettes noires »

  1. Bonjour princesse, ou es-tu ? Tes nouvelles nous manquent, je suis atteintes de métastases dans le dos et j'ai eu telllement de plaisir a te lire, c'est fabuleux de se retrouver dans des situations tellement semblables.A bientôt j'espère Josiane

    J'aime

    • Vaut-il mieux tard que jamais Josiane?

      Mon blogue est devenu un long silence entrecoupé de rares nouvelles ces dernières années!

      À quoi peut prétendre une blogueuse absente de son propre blogue? À la dispersion de ses précieux lecteurs vers d’autres sources plus assidues!

      Eh bien soit! Je reprends tout à zéro! Et profite de ce nouveau départ pour déménager et redécorer ma petite cabane virtuelle! Pour le moment WordPress recèle plus de mystères que d’outils familiers pour moi, mais nous découvrirons ensemble les étapes de mon apprentissage! (Ensemble? Oui bon, si quelques rares lecteurs ont consenti à suivre mes pas dans la neige! Sinon tanpis pour moi, j’en serai quitte pour parler toute seule!)

      Amicalement, votre princesse de Rien du tout, moins rebelle, plus ridée, mais pleine d’envie de reprendre la plume.

      J'aime

  2. bonsoir Princesse,C'est toujours un plaisir de te lire, surtout lorsque les nouvelles sont excellentes!! 3 ans…oserais-je dire déjà ? déjà et pourtant nos souvenirs restent intactes, n'est ce pas ? Personnellement, je peux même dire comment j'étais habillée ce 21 mars 2008.Bien à toi et à ton amoureux!!bisessandrine dans son clos du chateau

    J'aime

Qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s